mercredi 14 décembre 2011

Algemene wijkvergadering van de inwoners [WIJKCONTRACT Park-alsemberg]

DIKKE PROFICIAT AAN DE GEMEENTESCHOOL ’ÉCOLE 1-2’... EN AAN HET MINI-WIJKCONTRACT !

In het kader van het recente ‘forum des innovations en éducation’ heeft de gemeenteschool 'école 1-2’ de trofee van het ‘meest mobiliserende’ project in de wacht gesleept! Deze prijs is een bekroning voor het werk dat leerlingen en leerkrachten, met de steun van het studiebureau Beliris+, rond het renovatieproject van hun speelplaats hebben geleverd.

NIEUWE PROJECTEN 2012

Job Yourself @ Parc-Alsemberg
Steun aan werklozen die een bedrijf oprichten : de Brusselse vzw Job Yourself begeleidt werkzoekenden bij de  prichting van hun eigen bedrijf. In het kader van het Wijkcontract komt er binnenkort een antenne in Sint-Gillis, die bij voorrang bewoners uit de wijk zal begeleiden.
Dankzij individuele en collectieve coaching, opleidingen, hulp bij het beheer, enz. van de vzw zullen  erkzoekenden, vooraleer ze op eigen benen staan, hun project zonder risico kunnen "uittesten". Meer groen in uw wijk !
Het project om de openbare ruimte groener te maken, dat eind 2010 in de wijk Fontainas is opgestart, krijgt een  erlengstuk in Park-
Alsemberg. Samen met alle gemotiveerde bewoners worden collectieve en participatieve acties op touw gezet om de openbare ruimte groener te maken, rekening houdend met de middelen uit de wijk... en met de seizoenen!
Inschakeling en openbare netheid : voor een schonere wijk
Acht werkzoekenden komen de gemeentelijke netheidsdienst versterken om tijdens het weekend extra mankracht te kunnen inzetten.
Omdat netheid een zaak is van eenieder, moet iedereen ook worden gesensibiliseerd via gerichte acties. Bedoeling is asociaal gedrag aan te pakken en de overlast die dat teweegbrengt te bestrijden (sluikstorten, graffi ,afval onderaan bomen, enz.).

BEWONERS AAN HET WOORD :
‘OBJECTIF RÉUSSITE’ IN DE DETHY 55
Net voor hun herexamen hadden we een ontmoeting met Naomi en Karoline, twee leerlingen uit het 4de middelbaar in Pierre Paulus. Ze hebben van 18 tot 31 augustus deelgenomen aan de zomertutoring van ‘Objectif réussite’ in de Dethystraat 55. Samen met een dertigtal andere leerlingen uit Sint-Gillis kregen ze begeleiding van tutors van de vzw Schola. We wilden wel eens weten wat ze ervan opgestoken hadden :

INTERVIEW / Naomi en Karoline

Hoe hebben jullie 'Objectif réussite' leren kennen?
Naomi: bij mijn schoolrapport zat een folder met uitleg over ‘Objectif réussite’. Zodra ik wist dat ik herexamens had in september heb ik contact opgenomen met Mathilde Vandamme [coördinatrice van het project, nvdr.] die me heeft ingeschreven. Ik neem er voor het eerst aan deel.
Karoline: bij mij is het de opvoeder op school die me heeft aangeraden me in te schrijven voor wiskunde en Engels.
Wat heeft deelname aan de tutoring jullie opgeleverd?
Naomi: aanvankelijk gingen we ervan uit dat we toch niet gingen slagen maar dankzij de tutors hebben we uiteindelijk begrepen waarover het ging. Dit wat ons in de lessen met onze leraars tijdens het schooljaar nooit gelukt.
Karoline: in amper twee weken tijd hebben ze de vakken die we tijdens het jaar hadden gezien op een duidelijke manier samengevat.
Naomi: dat klopt, hun uitleg was heel gedetailleerd. Ze hebben een inspanning gedaan te achterhalen waarom wij het niet hadden begrepen en ze hebben ons elk apart aangemoedigd. Zo moesten we regelmatig naar het bord en herhaalden ze de uitleg zoveel als nodig, enz.
Jullie zien de examens dan ook volledig zitten?
Naomi en Karoline in koor: Absoluut! We hebben immers de tijd gehad alle leerstof die we moesten kennen om te slagen, grondig door te nemen. Sinds half oktober kunnen leerlingen uit Sint-Gillis op woensdag, zaterdag en tijdens de
schoolvakanties in de Lissabonstraat 31 terecht voor lessen Frans als vreemde taal. 

BEWONERS AAN HET WOORD:
‘OBJECTIF RÉUSSITE’ IN DE DETHY 55

Net voor hun herexamen hadden we een ontmoeting met Naomi en Karoline, twee leerlingen
uit het 4de middelbaar in Pierre Paulus. Ze hebben van 18 tot 31 augustus deelgenomen aan
de zomertutoring van ‘Objectif réussite’ in de Dethystraat 55. Samen met een dertigtal andere
leerlingen uit Sint-Gillis kregen ze begeleiding van tutors van de vzw Schola. We wilden wel
eens weten wat ze ervan opgestoken hadden:


Gevelverfraaiing en woningrenovatie : het blijft maar duren !
Aurore Lorenzi
Tél. : 02-533.39.58
alorenzi@stgilles.irisnet.be
1ste en 3de dinsdag van elke maand, 17:00 > 19:00
Stadhuis - dienst Stedenbouw

CONTRAT DE QUARTIER PARC-ALSEMBERG ASSEMBLEE GENERALE LE 15 DECEMBRE 2011

Le contrat de Quartier (en abrégé CdQ) "Parc-Alsemberg" 2010-2014 s’inscrit dans la ville dense de première couronne, pour reprendre les catégories du Plan Régional de Développement de 1995. Il s’étend à l’ouest de l’axe des chaussées de Waterloo et d’Alsemberg en incluant cependant les deux faces de ces chaussées. Au sud, il atteint par la limite communale, peu avant la place Albert. À l’ouest, il évite l’essentiel du quartier Gisbert Combaz-Bosnie et à partir de la rue de la Perche, suit la chaussée de Forest jusqu’à la place de Bethléem pour se caler ensuite contre la limite du contrat de quartier « Fontainas» en cours.

Ce jeudi 15 décembre a lieu l'Assemblée Générale du CdQ à l'école 1-2 rue du Fort 80A. Ce sera l'occasion d'écouter les représentants de la commune exploser les grandes lignes des projets. En voici un avant-goût (les articles ci-dessous proviennent du site de la commune) :

PAROLE D’HABITANTS : OBJECTIF RÉUSSITE AU DETHY 55
La veille de leur examen de passage, nous avons rencontré Naomi et Karoline, élèves de 4ème secondaire à Pierre Paulus. Elles ont participé au tutorat d’été d’Objectif réussite organisé au 55, rue Dethy du 18 au 31 août derniers. Comme une trentaine d’autres élèves saint-gillois, elles ont été accompagnées par les tuteurs de Schola asbl. Nous avons souhaité savoir ce que cette expérience leur avait apporté.

INTERVIEW de Naomi et Karoline

Comment avez-vous entendu parlé d’Objectif réussite ?
Naomi : un document présentant Objectif réussite était joint à mon bulletin. Quand j’ai su que je devais passer les examens de passage en septembre, j’ai contacté Mathilde Vandamme [la coordinatrice du projet, ndlr] qui m’a inscrite. C’est la première fois que je participe au utorat.
Karoline : moi, c’est l’éducateur de l’école qui m’a conseillé de m’inscire ; pour les maths et l’anglais.
Que vous a apporté votre participation aux tutorats ?
Naomi : au départ, on se disait qu’on n’allait pas réussir mais avec les tuteurs, on a réussi à comprendre ce que nous n’avions pas compris au cours de l’année avec nos professeurs.
Karoline : en à peine deux semaines, ils ont résumé l’ensemble du cours de l’année, de manière très claire.
Naomi : oui, les explications étaient très détaillées et ils ont cherché à comprendre pourquoi nous ne comprenions pas et à nous soutenir individuellement, en nous envoyant au tableau, en réexpliquant si nécessaire etc.
Vous voilà donc confi antes pour vos examens ?
Naomi et Karoline, en choeur : Oui ! Car nous avons eu le temps de réviser tout ce dont nous avions besoin pour réussir.
Depuis mi-octobre, des cours de français langue étrangère sont proposés aux élèves saint-gillois, les mercredis, samedis et pendant les vacances scolaires, rue de Lisbonne, 31.

NOUVEAUX PROJETS 2012

Job Yourself @ Parc-Alsemberg
L’asbl bruxelloise Job Yourself accompagne les demandeurs d’emploi à la création de leur entreprise. Grâce au Contrat de quartier, une antenne sera bientôt créée à Saint-Gilles et accueillera en priorité les habitants du quartier. A travers différents services (coaching individuel et collectif, formations, aide à la gestion etc.), l’asbl permettra aux personnes de «tester» sans risque leur projet avant de voler de leurs propres ailes.

Plus de vert dans votre quartier !
Le projet démarré fin 2010 sur le quartier Fontainas se poursuit sur Parc-Alsemberg. Des actions collectives et participatives de verdurisation de l’espace public seront organisées avec tous les habitants motivés, en tenant compte des ressources du quartier… et des saisons !

Insertion et propreté publique : pour un quartier plus propre
Huit demandeurs d’emplois vont rejoindre l’équipe du service communal de la propreté publique et permettre de renforcer les interventions le week-end. La propreté étant l’affaire de tous, il s’agit également de sensibiliser  hacun à la propreté par des actions ciblées. Le but ? S’attaquer aux pratiques inciviques et faire disparaître les nuisances qui en découlent (dépôts clandestins, tags, saccage des pieds d’arbres etc.).

Parc-Alsemberg : un trophée pour l’école 1-2 et le mini contrat de quartier !

L'équipe de l'école 1-2 a s'est vue décerner le trophée du projet "le plus mobilisateur" par  l'asbl Schola ULB.Ce prix récompense l'important travail effectué par tous les élèves et leurs enseignants, à l'aide du bureau d'études Beliris+, dans le cadre du projet de rénovation de leur cour d’école dont le chantier devrait démarrer en 2013.
La future cour vue par les élèves... [Photo du site de la commune de Saint-Gilles]

Bravo à eux… et au "mini-contrat de quartier" !
Pour en savoir plus sur le projet de rénovation de la cour, consultez la rubrique "espace public" du Contrat de quartier Parc-Alsemberg sur le site de la commune.


                          

...et par le bureau d'études Beliris+
[Photo du site de la commune de Saint-Gilles]

Logements et équipements publics
Trois nouveaux immeubles sont en phase d’acquisition rue Guillaume Tell n°48 (création de deux logements) ainsi que rue du Fort, au n°11 (rénovation de deux logements au-dessus du commerce) et au n°74 (démolition du garage  et création de trois logements aux étages et d’une structure d’accueil extrascolaire néerlandophone – IBO – au rez-de-chaussée).

Espaces publics
Les plans d’aménagement des espaces publics défi nis avec Beliris (service public fédéral mobilité transports) ont fait l’objet d’une première validation après une large concertation.Prochaine étape : l’obtention du permis d’urbanisme. Durant cette phase, les projets continueront d’être discutés, notamment dans le cadre de l'enquête publique ouverte à tous les habitants et prévue courant 2012.

Les travaux concernent la placette du « bateau », la placette des « deux bancs », le plateau « Villas », l'Ecole 1-2, la rue Garibaldi, la rue des Fortifications, la rue du Céleri, la rue de Lisbonne.

Présentation des avant-projets d’aménagement des espaces publics portés par Beliris

Les avant-projets relatifs à l'aménagement des espaces publics financés par Beliris dans le cadre du Contrat de Quartier ont été présentés lors de la CLDI du 4 octobre dernier où ils ont recueilli un avis globalement positif.
Ces avant-projets doivent à présent encore être affinés par le bureau d'études Beliris+ en vue de la demande de permis d'urbanisme.
Ils seront encore discutés pendant l'instruction du permis d'urbanisme, notamment dans le cadre de 'l'enquête publique" ouverte à tous les habitants. Cette prochaine étape est prévue courant 2012.

Contacts :
Cellule Contrats de Quartier
Cel Wijkcontracten
02-533 39 57
www.stgilles.irisnet.be/contratquartier
Nathalie David
ndavid@stgilles.irisnet.be
Loïc Lorthioir
llorthioir@stgilles.irisnet.be


Primes à la Rénovation
Aurore Lorenzi
Tél. : 02-533.39.58
alorenzi@stgilles.irisnet.be
1ers et 3èmes mardis de chaque mois, 17:00 > 19:00
Hôtel de Ville - service urbanisme

Revitalisation économique et sociale du Contrat de quartier.
Contact : Véronique Gallez 

mardi 13 décembre 2011

STIB : VOYAGEURS SATISFAITS OU PAS ?

Le numéro 599 de décembre 2011 de Test-Achats se penche sur la satisfaction des usagers empruntant des bus, trams et métros de 11 grandes villes belges.En gros, c'est la STIB qui s'en sort le moins bien avec un petit 66% de satisfaction globale.
Le but de l'enquête était de mettre en avant les points forts et faibles des compagnies à divers égards :
- le confort,
- la proximité des arrêts,
- le respect des horaires,
- les tarifs,
- l'insécurité,
- les points de vente,
- la propreté des arrêts, ...

Globalement, le tram bruxellois est considéré comme le moins confortable, par exemple. Et la ponctualité est un gros point noir.

dimanche 11 décembre 2011

DE NOUVEAUX ARBRES RUE DES VIEILLARDS


Ce vendredi 9 décembre 2011, de nouveaux arbres ont été plantés rue des vieillards au pied de l'église Saint-Gilles (ci-dessus et ci-dessous).




















Dans les jours qui viennent, les ouvriers s'attaqueront à la placette. On nous garantit que les emplacements de parking (voir photo ci-dessous) seront accessibles avant les vacances scolaires de Noël [qui commencent le 24 décembre]. Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du contrat de quartier Fontainas/Midi.

BIENTOT 7 NOUVELLES CRECHES A SAINT-GILLES

L'explosion démographique annoncée a déjà des effets concrets à Saint-Gilles : les chiffres de population en attestent. La commune prend les devants en mettant en oeuvre un "plan crèches". Pas moins de 7 nouvelles crèches pour un total de 100 places supplémentaires seront ouvertes en 2011-2014. La commune souligne qu'elle disposait, avant ce plan, de 253 places. Certaines sont déjà ouvertes. Où s(er)ont-elles localisées ?

Celles qui sont déjà opérationnelles [au 1er décembre 2011] :
- 61 Rue de la Source : La crèche «Les Diablotins» a ouvert en juin 2011 (il s'agit du déménagement de la crèche de la rue de Bordeaux). Il y aura 10 places de plus que dans l'ancienne implantation, les portant à 30 au total;

- 38 Rue Fernand Bernier : La crèche «Albert Eylenbosch» a aussi ouvert en juin 2011. Elle comprend 18 places.

Celles qui sont en voie de finition pour une ouverture en 2012 :
 - 201 Rue Théodore Verhaegen : La crèche «Lily» ouvrirait au printemps 2012. Elle comprendra 24 places;

- 47 Rue d'Angleterre : La crèche «Isabelle Blume», elle, ouvrirait plus tard en 2012. Elle comprendra 20 places.

Et plus tard, nous aurons en principe trois autres crèches :

- 12 Rue Emile Féron : La crèche «Emile Féron»  qui ouvrirait en 2013. C'est une extension de la crèche existante. Elle comprendra 10 nouvelles places de halte-garderie.

- 193 Chaussée de Forest :  La crèche ouvrirait en 2014 (photos ci-dessous).



- 51-53 Chaussée d'Alsemberg :  La crèche ouvrirait aussi en 2014. 

Ces deux dernières font partie du programme du contrat de quartier «Parc-Alsemberg» et comprendraient en tout 42 nouvelles places.

samedi 10 décembre 2011

DEUX CLASSEMENTS EN 2011

La fin de l'année approche. C'est le moment de faire certains bilans. En voici un : en 2011, deux mesures de protections concernant des bâtiments saint-gillois ont été prises par le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale.

Il s'agit tout d'abord du classement définitif de l'ancienne boucherie  de l'Avenue Paul Dejaer, 16 (photo ci-dessus). La devanture et la totalité de l'intérieur ont été classées [17/02/2011]. Actuellement, le rez-de-chaussée est occupé par une salle d'exposition d'art actuel.

Le mois suivant, le 3 mars 2011, c'est l' ancien magasin de chaussures Stan qui a fait l'objet d'un classement définitif. Ici aussi, c'est la devanture qui est concernée et certaines parties de l'intérieur.
Il est situé au 152 Chaussée de Waterloo. (photo de la façade ci-dessous)


Ceci étant, et avec tout le respect que nous vouons à la commission royale des monuments et sites, l'intérêt du classement nous échappe. Bon : nous ne sommes pas des spécialistes. Mais le côté remarquable nous échappe. Et du côté du propriétaire, qui tient un magasin de matelas, sommiers et mobilier, c'est également le grand scepticisme. D'autant plus que, du fait du classement, il ne peut pas transformer le bien comme il le souhaiterait. Il ne peut pas non plus le mettre en location, car il devrait le mettre en conformité tout en respectant le classement. Bizarre.

Ci-dessous : une partie de l'intérieur, classé. La photo a été prise depuis la rue. Il s'agit du plafonnier (nous l'avons détouré en rouge)

jeudi 8 décembre 2011

SAINT-GILLES DANS LE TOP 3 DES COMMUNES LES PLUS PAUVRES

Le Service Public Fédéral «Economie» a fait état de statistiques basées sur le revenu des belges. Il en ressort que le revenu imposable moyen par habitant est de 15.535 € par an. Sur les données dont il dispose, le SPF établit un top 10 des communes les plus riches et un top 10 des communes les plus pauvres du royaume. La commune de Saint-Gilles se classe - hélas - troisième avec un revenu moyen par habitant de 10.625 € [soit 31,6% sous la moyenne nationale]. Plus mal classées encore sont les communes de Saint-Josse-ten-Noode (7.954 €)  et Molenbeek-Saint-Jean (9.773 €) [respectivement 48,8% et 37,1 % sous la moyenne nationale]. On aurait bien aimé connaître un classement basé sur les contribuables. Pour le sport.
A noter que dans le top 10, on trouve encore trois autres communes bruxelloises : Schaerbeek, Anderlecht et Bruxelles-Ville.

LOGEMENTS VIDES A SAINT-GILLES

Chaque année, depuis 2003, lorsqu'arrivent les beaux jours, l'équipe du Comité de défense de Saint-Gilles sillonne les rues de la commune à l'affut de locaux vides, abandonnés, insalubres, incendiés. Bon an mal an, la situation s'améliore dans certains quartiers, mais on observe que le nombre de locaux vides n'a pas l'air de diminuer. Ce sont parfois des immeubles entiers qui sont laissés à l'abandon, parfois seulement l'un ou l'autre étage.

Cette année, un groupe de travail s'est constitué pour en tirer des conclusions. Le groupe s'est donc fixé  pour mission d'examiner, d'explorer, d'analyser la situation sur le terrain. Sur base de notre relevé, nous avons retenu les immeubles totalement vides.

Le CODES a pré-édité un nouveau blog pour suivre l'évolution de la situation de chaque immeuble. Dans un premier temps [en décembre 2011], nous allons publier les photographies de chaque immeuble entièrement inoccupé que nous avons repéré. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous avons quelque peu ralenti nos publications d'articles.

L'adresse et une description de la situation du bien complèteront aussi, dans la mesure du possible, notre relevé visuel. Au fur et à mesure que nous apprenons que la situation semble évoluer, nous complèterons les articles.

Mais nous n'en resterons pas là : l'idée est de mettre tout ce qui est en notre pouvoir pour que ces locaux soient remis en état en conformité avec les réglementations en vigueur et pour que les propriétaires «réinjectent» ces immeubles, ces locaux, ces ateliers abandonnés, vides ou insalubres dans le circuit du marché locatif. Ces conclusions générales seront présentées au début de l'an prochain. 
L'adresse de ce nouvel outil sera communiquée lorsque tous les articles seront prêts. Patience, donc.

LA POSTE NOUS ECRIT

Le 29 octobre dernier, une délégation du CODES a déposé une pétition forte de 1.441 signatures. Notre revendication ? Nous demandions [avec le CAFA, le Pianofabriek, la Commission Consultative de la Personne handicapée et quelques dizaines de Saint-gillois]que des travaux rendant les guichets accessibles aux PMR soient réalisés dans les plus brefs délais. Dans l'élan, nous avons remis une copie de cette pétition et nos revendications à Monsieur Johnny Thijs, Directeur de BPOST. Il lui aura fallut plus d'un mois - c'est dire si la question lui tient à coeur - pour nous répondre.

Que nous dit-il ?

Qu'une nouvelle demande de permis va être introduite prochainement. Il omet par contre de mentionner les détails ou même les orientations qui sont envisagées.

Sa très brève lettre indique aussi que le travaux seraient entrepris en ... septembre 2012.

Les travaux sur la photo ci-dessus n'ont rien à voir avec ce que nous revendiquons :  il s'agit de réparer des infiltrations et une corniche défectueuse.

Rappelons simplement que le bureau de la rue Sterckx fut fermé le 24 septembre 2008.

Cela fait donc aujourd'hui [8 décembre 2011] 1.187 jours que les PMR attendent de pouvoir aller au guichet sans aide ! Inacceptable. 

Une enquête publique fut organisée et suivie d'une Commission de Concertation le 3 octobre 2008 en vue de construire une passerelle pour les PMR. Le projet, non conforme, fut cependant accepté moyennant quelques conditions. Le bureau de poste s'est rouvert le 15 juillet 2009. Sans aménagements permettant l'accès aux PMR. Près de trois ans et demie plus tard, nous en somme toujours au même point et devrons encore attendre au moins six mois !

Dernier détail piquent : avant les travaux de 2008, les personnes handicapées pouvaient accéder aux guichets via le garage adjacent.

jeudi 24 novembre 2011

POURQUOI ROULER A VELO EN VILLE ?

Vous y avez déjà pensé, et peut-être même avez-vous déjà essayé ? L'association Pro-Vélo aimerait savoir ce qui vous motive et ce qui vous retient de rouler à vélo à Bruxelles.

Vous n’êtes pas cycliste actuellement, mais vous avez déjà pensé effectuer l’un ou l’autre de vos trajets réguliers à vélo ? Prendre le vélo pour aller au boulot, à l’école, au cinéma, ou rendre visite à des amis… Cependant quelque chose vous retient, vous inquiète ou vous semble difficile…

Par cette enquête, l'association souhaite identifier quels sont les principaux obstacles à l’utilisation du vélo en ville, et à Bruxelles en particulier.

Pour y répondre, rendez-vous sur ce lien.

mardi 22 novembre 2011

STIB : DES HORAIRES EN PHASE «TEST»

Depuis ce lundi 21 novembre, des écrans sur les lignes 3 et 4 affichent le temps d'attente des trams. Pour l'instant, le dispositif fonctionne en phase «test».

EMIR KIR NOUS RECOIT


Enfin, ce sont ses collaborateurs qui nous ont reçu ce lundi 21 novembre 2011 dans son cabinet. Nous avions déposé une copie de la pétition pour demander aux responsables de la poste de la rue Sterckx d'aménager un plan incliné pour permettre son accès aux personnes à mobilité réduite (PMR). Alors que la poste n'a même pas (encore) daigné répondre, le cabinet du ministre en charge de l'urbanisme nous a contacté pour proposer d'entendre nos désidérata et nous faire part de l'avancement du dossier - en tout cas des informations dont il dispose.
Nous avons déposé un dossier reprenant divers éléments et avons pu faire part de notre exigence d'être consulté par la poste dans sa réflexion sur un aménagement futur - et que nous espérons rapide !

Notre délégation a ainsi fait des propositions concrètes (outre concernant la passerelle envisagée) quant à l'emplacement de la boîte postale, à l'emplacement du parking vélo et de l'espace réservé aux voitures de handicapés.

Nous avons aussi souligné que le balisage du chantier actuel était non seulement pas conforme aux réglementations mais qu'il était en plus dangereux (le grillage est rouillé et des morceaux de ferraille tranchants sont disposés à hauteur d'homme - pouvant d'ailleurs blesser des passants (notamment les non-voyants) ! Le Codes interpellera la commune à ce propos.

Pour sa part, le cabinet compte interpeller les responsables de la poste par rapport aux nombreux manquements constatés.

dimanche 20 novembre 2011

PROPRETE A SAINT-GILLES : VOILA LES AMBASSADEURS

Beaucoup de saint-gillois se plaignent à juste titre de la saleté dans les rues. Pourtant, la commune fait énormément d'efforts pour remédier à cet état de fait - nous évoquions par exemple l'engagement imminent de huit nouveaux balayeurs de rue.

La commune lance un nouveau projet : les AMBASSADEURS DE LA PROPRETE. L'idée est toute simple : il s'agit pour les habitants intéressés de présenter une initiative concrète qui viserait à améliorer la propreté au quotidien. On peut s'inscrire seul ou avec des voisins. La commune, qui organisera en décembre une réunion afin de présenter les projets sélectionnés, garantit - dans la mesure du possible - une aide logistique et matérielle.
Pour participer, il faut déposer sa candidature avant le lundi 25 novembre 2011 à l'Echevinat de la Propreté.
Attention : il ne faut pas avoir déjà ficelé le projet dans ses moindres détails. Les propositions concrètes doivent parvenir à l'Echevinat de la Propreté pour le lundi 16 janvier 2012. Vous avez donc un peu de temps devant vous.
Vous pouvez lire toutes les infos sur le site de la commune.
Et voici un numéro vert (gratuit, donc) : 0800/97.613.
En cliquant ici, vous pouvez télécharger le bulletin d'inscription (à partir du lundi 21/11). Ou encore en imprimant le document ci-dessous.


Et pour nos amis néerlandophones :

vendredi 18 novembre 2011

Accords institutionnels : propreté et télécommunications

Le 11 octobre dernier, les six partis rassemblés en vue de la formation d'un gouvernement fédéral ont engrangé des accords institutionnels qu'il s'agira de mettre en oeuvre dès 2012, donc. Voici ce que nous en retenons en matière de propreté et de télécommunications.

En matière de propreté publique :

En concertation avec les représentants des travailleurs de l’Agence Bruxelles – Propreté, le balayage des voiries régionales et des sites propres de la STIB sera transféré à l’échelon communal. Ceci n’exclut pas que l’Agence Bruxelles-Propreté reste compétente pour certaines tâches spécifiques ou ponctuelles. L’Agence Bruxelles-Propreté sera le principal opérateur en matière d’encombrants et assurera la gestion des parcs à containers.

En matière de télécommunications :

La compétence en matière de radio- et télédiffusion des Communautés sera adaptée aux évolutions fondamentales de la technologie et à la jurisprudence de la Cour Constitutionnelle, avec maintien d'un cadre réglementaire fédéral pour les communications électroniques: régulation des marchés des télécommunications, gestion et contrôle de l’utilisation du spectre, protection du consommateur, noms de domaine, numérotation, service universel et respect de la vie privée.

Éventuellement via un accord de coopération détaillé.

Cette réforme sera préparée par un groupe de travail composé d’experts.

Urbanisme: Les accords institutionnels

Le 11 octobre 2011, donc, les six partis rassemblés en vue de la formation d'un gouvernement fédéral ont engrangé des accords institutionnels. Voici ce que nous en retenons en matière d'urbanisme et de logement :

Simplification intra bruxelloise en matière de logement :

Le nombre de sociétés de logement social (Sociétés immobilières de service public) sera réduit d’environ 50%, en tenant compte des spécificités communales. Par ailleurs, des économies d’échelle seront réalisées par la mise en œuvre d’une mutualisation de moyens et de services au sein de la SLRB ou entre SISP.

Cette question sera réglée au niveau régional avec l’appui des huit partis participant à l’accord institutionnel.

Simplification intra bruxelloise en matière d'urbanisme.

En matière d’urbanisme, au vu de l’importance des projets et de la nature des travaux, la Région délivrera directement les permis de tous les projets qui nécessitent soit un rapport, soit une étude d’incidence.

Par ailleurs, afin d’accélérer les délais de procédure, les communes pourront directement délivrer les permis d’urbanisme pour les projets où il n’y a ni rapport ni étude d’incidence lorsqu'il y aura un avis unanime favorable de la Commission de concertation et que la réunion s’est déroulée en présence du fonctionnaire délégué.

Une procédure sera mise au point permettant à la Région de se substituer à une commune qui ne traiterait pas dans des délais raisonnables un dossier d’urbanisme.

Cette mise en œuvre sera précédée d’un avertissement à la commune défaillante pour lui permettre de se mettre en ordre.

Cette question sera réglée au niveau régional avec l’appui des huit partis participant à l’accord institutionnel.

Ce qui est prévu en matière de transfert de compétences aux entités fédérées :

1. Le contrôle des prix.

Les entités fédérées seront compétentes pour contrôler les prix dans les matières qui relèvent de leurs compétences (La politique des déchets, la politique de l’eau, la distribution publique de gaz et la distribution et le transport local d’électricité au moyen de réseaux dont la tension nominale est égale ou inférieure à 70.000 volts et qui ne remplissent pas une fonction de transport, les services de taxi et les services de location de voitures avec chauffeur, la location de biens destinés à l'habitation, le bail commercial, et le bail à ferme, les aspects hôteliers de la gestion des maisons de repos et la télédistribution).

Les mesures transversales comme le blocage des prix resteront fédérales.

2. Les baux d’habitation, les baux commerciaux et le bail à ferme : sont transférés aux Régions.

3. Les expropriations : Transfert aux Régions de la procédure d’expropriation, sauf pour les expropriations faites par l’autorité fédérale ou les personnes morales qui dépendent de celle-ci, qui resteront soumises à la procédure fédérale

4. Les comités d’acquisition sont transférés aux Régions.

5. La politique des grandes villes (liée aux compétences des entités fédérées) est transférée aux entités fédérées.

L’autorité fédérale cessera de consacrer des moyens à des projets relevant des compétences des Communautés ou des Régions.

Les dépenses fiscales transférées.

  • Les réductions ou des crédits d’impôts afférents à la maison d’habitation réduction et crédits d’impôt pour les dépenses de sécurisation contre le vol ou l’incendie d’une habitation ;
  • Les réductions ou crédits d’impôts relativement aux dépenses faites pour l’entretien et la restauration de propriétés classées ;
  • Les dépenses fiscales titres services, dépenses fiscales économie d'énergie;
  • Les réductions d’impôt - Politique des grandes villes (rénovation d’habitations);
  • Les réductions d'impôts - Rénovation habitations à loyer social.

Remarque :

En ce qui concerne les réductions d’impôts et autres avantages (exemple, la bonification d’intérêt en matière de prêt vert) pour les dépenses faites en vue d’économiser l’énergie dans une habitation, ainsi qu’en matière de réductions sur facture pour véhicules propres, les Régions disposent déjà actuellement des compétences pour mettre en œuvre leurs politiques ; un transfert de compétence n’est donc pas nécessaire.

En vue d’éviter les interférences du pouvoir fédéral sur des matières relevant de la compétence des Régions, le pouvoir fédéral pourra cependant mettre fin dès le budget 2012 aux incitants existant actuellement à son niveau en la matière, sans préjudice de ce qui est précisé dans le point 4.4 de l'accord.

Les membres du Comité peuvent télécharger l'accord sur notre site.

(RE)ASPHALTAGE DES RUES

Les saint-gillois n'ont pas pu rater ça : de nombreuses rues de la commune bénéficient d’un réasphaltage complet. Ce sont 275 000 € qui seront consacrés aux chantiers de cette fin d’année 2011. La commune estime que ces réalisations permettront un plus grand confort pour les usagers et une moindre pollution sonore pour les habitants. Les premiers chantiers ont débuté le 17 octobre dernier. Pour rappel :
Du 17 au 28 octobre : ce sont les rues Tasson Snel, de Neufchâtel et Saint-Bernard qui ont commencé.
Ensuite du 24 au 28 octobre, ce fut le tour des rues suivantes : la Rue Crickx (entre rue G. Defnet et rue Monténégro), la Rue de la Filature et la Rue de la Linière.

En 2012, le réasphaltage des rues suivantes sera réalisé :
Rue Defnet,
Rue Verheggen,
Carrefour Lombardie Breart,
Rue Jourdan (tronçon Dejoncker-Victoire),
Rue de l’église (tronçon Vieillard-Chaussée de Forest),

Rue de la Perche (tronçon Parc-Fort),
Rue Dethy (tronçon Fort-Prague),
Carrefour Waterloo-Dethy-Coenen [lors de la CLDI d'hier on disait même que cela pourrait déjà se faire en décembre].

LA VIDEO DE L'ACTION "POSTE"


Un vidéaste proche de la mouvance (brrrrrrrrr) du CODES a réalisé une vidéo lors de notre remise de la pétition demandant à la Poste une rampe d'accès pour les PMR. C'était le 29 octobre dernier et vous pouvez la visionner ici. Merci à Xavier pour ce «souvenir».

LA COMMUNE RENFORCE LA PROPRETE

Une nouvelle équipe de 8 travailleurs va être engagée sous peu (avant la fin de l'année) pour renforcer les balayeurs de rue. Dans le cadre du contrat de quartier Parc-Alsemberg, la commune a en effet annoncé qu'elle procédait à ce recrutement pour améliorer l'état des rues régulièrement souillées par incivilité. C'est un projet d'insertion Socio-Professionnelle que nous ne pouvons qu'applaudir des deux mains.
A noter aussi qu'en parallèle, une sensibilisation de tous (en particulier les enfants) est prévue. Et il y aura aussi une accélération des sanctions pour les incivilités.

ABORDS DE L'EGLISE SAINT-GILLES : TRAVAUX A L'ARRET

Photo prise coin de la rue des Vieillards et de la rue Jean Volders par C.V.

Depuis de longues semaines, des travaux ont lieu autour de l'église Saint-Gilles. Il s'agit surtout d'aménager l'espace public et de remplacer les égouts. Ce chantier était nécessaire ... si on y travaille réellement. Or de nombreux riverains se plaignent de l'interruption de travaux depuis plusieurs semaines. Je vous livre telle quelle la réaction d'un riverain :

Vous m’aviez demandé de vous informer à propos de ce chantier. Malheureusement il n’y a actuellement rien à signaler. Le chantier est désert.
Cela fait 3 semaines que le chantier est à l’arrêt dans toute la partie derrière l’église.>

Photo prise par C.V. le 3 octobre 2011 (coin rue
des Vieillards et rue de l'église Saint-Gilles ).

Si l’on en croit les panneaux d’interdiction de stationner jusqu’au 4 novembre, les 10 places de parking et la rue des Vieillards auraient déjà dû être terminés.
Depuis 3 semaines il n’y a que 2 hommes qui marteau-piquent avec un engin portable de 10 kg dans le trou tram. Aujourd’hui il n’y a même plus personne.
Tous les riverains râlent, en particulier les commerçants et les vieilles personnes.
Y a-t-il une date prévue pour la fin de ce chantier? Ce serait sympa d’informer les riverains.

Ce matin, en effet, nous avons été sur place et ... personnes. Pas même les hommes au marteau piqueur ! Ce sera quoi l'excuse cette fois ? Qu'on ne vienne pas dire dans une semaine que les travaux vont devoir s'arrêter à cause du gel ! Et ces dernières semaines, il a fait radieux !

Nous avons contacté la commune pour recevoir des explications : la responsable était sur le terrain. Histoire à suivre.
[Merci à C.V. pour les photos]

jeudi 17 novembre 2011

A SUIVRE

Demain en ligne :
Les accords institutionnels en matière de logement et urbanisme
et en matière d'environnement.

Mobilité : Les accords institutionnels

Le 11 octobre dernier, les partis rassemblés en vue de la formation d'un gouvernement ont engrangé des accords institutionnels. Voici ce que nous en retenons en matière de mobilité :

Simplification intra bruxelloise en matière de mobilité.

Après concertation avec les communes, la Région élaborera un plan régional de mobilité traduit dans une ordonnance-cadre. Ce plan qui s’imposera à tous sera mis œuvre sans qu’il ne puisse y être dérogé.

Les communes élaborent leurs plans de mobilité en concertation avec la Région. Un fonctionnaire de la Région participe à l’élaboration du plan. La Région, dès qu’elle est saisie du projet communal, l’approuve ou le rejette si celui-ci n’est pas conforme au plan régional de mobilité.

L’éventuelle désapprobation est motivée. La commune rédige un nouveau plan de mobilité qui s’inscrit dans le cadre du plan régional de mobilité. Si la commune est inerte, la Région la met en demeure de présenter un nouveau plan communal de mobilité. Après six mois de carence, la Région actionnera la procédure de substitution.

Les aménagements des voiries prévus dans le plan régional de mobilité ainsi que dans les plans communaux de mobilité devront être respectés par la Région et par la commune. En ce qui concerne les communes, l’autorité de tutelle veillera à l’application de cette règle. Les travaux subsidiés seront attribués en tenant compte du plan régional de mobilité et des plans communaux de mobilité.

Le transfert de compétences aux entités fédérées

Homogénéisation de la politique en matière d’aide aux personnes handicapées. Les aides à la mobilité seront transférées aux entités fédérées. L’allocation d’aide aux personnes âgées sera communautarisée (à Bruxelles, elle sera transférée à la Cocom).

En matière de mobilité et de sécurité routière

Le Code de la route reste de compétence fédérale, à l’exception du transfert aux Régions :

de la détermination des limites de vitesse sur la voie publique, sauf sur les autoroutes ;
de la réglementation en matière de placement de la signalisation routière (conformément au 1er paquet) ;
de la réglementation en matière de sûreté de chargement et de masse maximale autorisée et des masses entre les essieux des véhicules sur la voie publique ;
de la réglementation relative au transport dangereux et exceptionnel (selon des modalités à déterminer afin d’assurer la coordination des procédures entre Régions) ;
du contrôle des règles du Code de la route qui sont régionalisées en ce compris la fixation des sanctions administratives et pénales. La fixation de ces sanctions ne porte pas atteinte aux prérogatives de la police, du parquet, et des Cours et Tribunaux. Des fonctionnaires régionaux pourront être habilités à contrôler l’application des règles régionales (cf. art. 11 de la loi spéciale du 8 août 1980).

La tutelle des Régions sur les règlements complémentaires en matière de sécurité routière est confirmée.

La prise en compte de l’avis des Régions sera renforcée en ce qui concerne les modifications au Code de la route. Si une des Régions rend un avis défavorable sur les propositions fédérales, une concertation sera organisée entre le fédéral et les Régions via la Conférence Interministérielle. A défaut d’accord, la décision finale revient au Gouvernement fédéral.

Par ailleurs, les Régions pourront proposer d’initiative des modifications au Code de la route. Si ces propositions font consensus, après concertation entre les Régions et le fédéral, elles seront adoptées et incluses dans le Code de la route.

Actualisation de l’accord de coopération du 17 juin 1991, concernant les routes dépassant les limites d’une Région, qui sera notamment élargi à d’autres aspects de la mobilité interrégionale et en particulier en matière de sécurité routière.

- Transfert aux Régions du Fonds de sécurité routière. Les moyens afférents aux compétences qui demeureront du ressort de l’autorité fédérale resteront au niveau fédéral. Les autres moyens seront transférés aux Régions.

- Transfert des compétences de l’IBSR aux Régions. Un accord de coopération entre les Régions, auquel sera associée l’autorité fédérale, permettra d’organiser, le long des autoroutes, des actions nationales de sensibilisation destinées au grand public.

- Transfert aux Régions de la fixation des normes de l’infrastructure routière et du contrôle des normes techniques des véhicules.

- Transfert aux Régions du contrôle technique des véhicules, de l’homologation des radars et autres instruments liés aux compétences régionales. Le niveau fédéral restera compétent pour les normes de produit et l’immatriculation des véhicules. Il est entendu que chaque citoyen peut procéder au contrôle technique de son véhicule dans un centre de contrôle de la Région de son choix quel que soit son lieu de domicile.

- Régionalisation de la formation à la conduite, des autoécoles et des centres d’examen (le permis de conduire restera fédéral).

Il est entendu :

qu’une auto-école qui est reconnue dans une Région peut également opérer dans les autres Régions ;
que la régionalisation de la formation à la conduite ne porte pas préjudice aux initiatives visant à enseigner le permis de conduire dans les écoles ;
que chaque citoyen peut suivre la formation à la conduite dans une auto-école de la Région de son choix, quel que soit le lieu de son domicile ;

que chaque citoyen peut passer l’examen dans un centre d’examen de la Région de son choix, quel que soit le lieu de son domicile.

- Transfert aux Régions de la réglementation et du contrôle de la navigation intérieure, y compris le pouvoir de police (article 11 de la loi spéciale du 8 août 1980).

- Représentants des Régions dans les CA des entités du groupe SNCB

- Après que le fédéral ait adopté un plan d’investissement pluriannuel doté de financements suffisants et respectant la clé 60/40, les Régions pourront apporter un financement additionnel pour l’aménagement, l’adaptation ou la modernisation des lignes de chemin de fer.
Ce financement additionnel des Régions devra respecter une proportionnalité par rapport au financement fédéral. Cette proportionnalité sera fixée par un accord de coopération obligatoire entre le fédéral et la ou les Régions concernées ; lequel conditionnera donc le financement additionnel régional.

- Au sein de la SNCB sera créée une structure dans laquelle les trois Régions et le fédéral seront représentés pour gérer ensemble l’exploitation du Réseau Express Régional (RER) de la SNCB.

Mobilité interrégionale autour de Bruxelles : Au sein de la communauté métropolitaine créée par la loi spéciale se tiendra la concertation entre les trois Régions relative à la mobilité, à la sécurité routière et les travaux routiers, de, vers et autour de Bruxelles. Le fait de fermer ou de rendre inutilisables les accès et sorties du ring fera l’objet d’une concertation préalable.

En matière de stationnement :

La politique régionale de stationnement dont les grands principes ont déjà été fixés par une ordonnance sera poursuivie.

Transfert des compétences dans d’autres domaines : Mobilité et sécurité routière

Le Code de la route reste de compétence fédérale, à l’exception du transfert aux Régions :

de la détermination des limites de vitesse sur la voie publique, sauf sur les autoroutes ;
de la réglementation en matière de placement de la signalisation routière (conformément au 1er paquet) ;
de la réglementation en matière de sûreté de chargement et de masse maximale autorisée et des masses entre les essieux des véhicules sur la voie publique ;

de la réglementation relative au transport dangereux et exceptionnel (selon des modalités à déterminer afin d’assurer la coordination des procédures entre Régions) ;
du contrôle des règles du Code de la route qui sont régionalisées en ce compris la fixation des sanctions administratives et pénales. La fixation de ces sanctions ne porte pas atteinte aux prérogatives de la police, du parquet, et des Cours et Tribunaux. Des fonctionnaires régionaux pourront être habilités à contrôler l’application des règles régionales (cf. art. 11 de la loi spéciale du 8 août 1980).

La tutelle des Régions sur les règlements complémentaires en matière de sécurité routière est confirmée.

La prise en compte de l’avis des Régions sera renforcée en ce qui concerne les modifications au Code de la route. Si une des Régions rend un avis défavorable sur les propositions fédérales, une concertation sera organisée entre le fédéral et les Régions via la

Conférence Interministérielle. A défaut d’accord, la décision finale revient au Gouvernement fédéral.

Par ailleurs, les Régions pourront proposer d’initiative des modifications au Code de la route. Si ces propositions font consensus, après concertation entre les Régions et le fédéral, elles seront adoptées et incluses dans le Code de la route.

- Actualisation de l’accord de coopération du 17 juin 1991, concernant les routes dépassant les limites d’une Région, qui sera notamment élargi à d’autres aspects de la mobilité interrégionale et en particulier en matière de sécurité routière.

- Transfert aux Régions du Fonds de sécurité routière. Les moyens afférents aux compétences qui demeureront du ressort de l’autorité fédérale resteront au niveau fédéral. Les autres moyens seront transférés aux Régions.

- Transfert des compétences de l’IBSR aux Régions. Un accord de coopération entre les Régions, auquel sera associée l’autorité fédérale, permettra d’organiser, le long des autoroutes, des actions nationales de sensibilisation destinées au grand public.

- Transfert aux Régions de la fixation des normes de l’infrastructure routière et du contrôle des normes techniques des véhicules.

- Transfert aux Régions du contrôle technique des véhicules, de l’homologation des radars et autres instruments liés aux compétences régionales. Le niveau fédéral restera compétent pour les normes de produit et l’immatriculation des véhicules. Il est entendu que chaque citoyen peut procéder au contrôle technique de son véhicule dans un centre de contrôle de la Région de son choix quel que soit son lieu de domicile.

- Régionalisation de la formation à la conduite, des autoécoles et des centres d’examen (le permis de conduire restera fédéral). Il est entendu :

qu’une auto-école qui est reconnue dans une Région peut également opérer dans les autres Régions ;
que la régionalisation de la formation à la conduite ne porte pas préjudice aux initiatives visant à enseigner le permis de conduire dans les écoles ;
que chaque citoyen peut suivre la formation à la conduite dans une auto-école de la Région de son choix, quel que soit le lieu de son domicile ;
que chaque citoyen peut passer l’examen dans un centre d’examen de la Région de son choix, quel que soit le lieu de son domicile.

- Transfert aux Régions de la réglementation et du contrôle de la navigation intérieure, y compris le pouvoir de police (article 11 de la loi spéciale du 8 août 1980).

- Représentants des Régions dans les CA des entités du groupe SNCB.

- Après que le fédéral ait adopté un plan d’investissement pluriannuel doté de financements suffisants et respectant la clé 60/40, les Régions pourront apporter un financement additionnel pour l’aménagement, l’adaptation ou la modernisation des lignes de chemin de fer. Ce financement additionnel des Régions devra respecter une proportionnalité par rapport au financement fédéral. Cette proportionnalité sera fixée par un accord de coopération obligatoire entre le fédéral et la ou les Régions concernées ; lequel conditionnera donc le financement additionnel régional.

- Au sein de la SNCB sera créée une structure dans laquelle les trois Régions et le fédéral seront représentés pour gérer ensemble l’exploitation du Réseau Express Régional (RER) de la SNCB.

Mobilité interrégionale autour de Bruxelles : Au sein de la communauté métropolitaine créée par la loi spéciale se tiendra la concertation entre les trois Régions relative à la mobilité, à la sécurité routière et les travaux routiers, de, vers et autour de Bruxelles. Le fait de fermer ou de rendre inutilisables les accès et sorties du ring fera l’objet d’une concertation préalable.

Dans le chapitre "Juste financement des institutions bruxelloises", un article budgétaire mentionne la correction « navetteurs » se base sur un mécanisme horizontal.

La Région de Bruxelles-Capitale recevra un financement qui compensera progressivement, d'ici 2015, une partie de l'impôt régional moyen (y compris les nouvelles dotations régionales) du flux net des navetteurs et ce, afin d'atteindre un montant de 44 millions en 2015.

Ce montant sera financé par les deux autres Régions selon une clé de répartition équivalente à celles des navetteurs. A partir de 2016, ce financement est maintenu nominalement constant.

lundi 7 novembre 2011

PRIMES ET HABITAT DURABLE

ARTICLE EN CONSTRUCTION

LA STIB OSE UN SONDAGE

La STIB a mis en ligne sur son site un sondage d'opinion. Très courageux de sa part de questionner les voyageurs. Pour inviter à y répondre, ellehttp://www.blogger.com/img/blank.gif précise que la démarche vise "à donner son avis et contribuer à améliorer les services de la STIB".


Pour participer à cette enquête, il vous suffit de cliquer ici. Cette enquête devrait ne vous prendre que 10 minutes environ.

Pour notre part, on doute fort que le degré de satisfaction des usagers des transports en commun soit vraiment de nature à donner le sourire à l'institution, tant le service est souvent d'une médiocrité affligeante (horaires, prix, confort, sécurité,...).

Voyons cela lors de la publication des résultats.

PETITION «POSTE» : LES COMMENTAIRES

Voici l'intégralité des réactions issues des commentaires sur www.lapetition.be qui invitait le public à pousser BPost à trouver une solution à l'impossibilité d'accès des PMR. Nous les livrons telles quelles (en ayant quand même corrigé les fautes de frappe) :

Il est inadmissible que la personne handicapée, quel que soit son handicap, n'ait pas l'infrastructure adéquate pour accéder à des bâtiments publics !
C'est discriminatoire de ne pas tenir compte des personnes à mobilité réduite ! C'est honteux pour un service comme BPost ! Il est indispensable et urgent de régler ce problème d'accessibilité !
Trop de services publics sont encore et toujours de nos jours inaccessibles aux personnes handicapées. Ce sont pourtant nos édiles communaux qui devraient y penser à chaque délivrance d'un permis de bâtir !
(BPost est dans l') obligation d'avoir une poste PMR admis.
Pour des services publics accessibles à tous!
C'est tellement évident à mes yeux, que la question ne se pose même pas.
Non seulement BPost ferme des bureaux mais en plus elle ne permet pas à chaque individu d'accéder aux bureaux rescapés. Pauvre Service public !
Entièrement d'accord (avec les revendications de la pétition).
"Si tu vas à la Poste, je t'apprendrai la patience..." comme dit Grand Corps Malade. Encore faut-il que tout le monde puisse y accéder.
Il faudrait également prévoir des emplacements de stationnement pour vélo. Un service de proximité doit être accessible en mode doux pour éviter les déplacement en voiture de courte distance.
Bravo à la pétition !

Merci pour ces encouragements. Nous publierons prochainement la suite de cette affaire.

Lorsque le bureau de la Chaussée de Charleroi a fermé, les locaux ont accueilli un magasin «Chrono Stop» jusqu'en août dernier.

dimanche 30 octobre 2011

PMR & SERVICES PUBLICS : LA REGLEMENTATION

Tant au niveau local qu'à l'échelon international, plusieurs textes juridiques réglementent la législation sur l'accès des services publics aux Personnes à Mobilité Réduite (PMR).
Au niveau international

En Europe, la notion d’aménagement raisonnable est apparue dans les textes légaux il y a moins de dix ans. C’est la directive 2000/78/CE du 27 novembre 2000, relative à l’égalité de traitement entre les personnes sans distinction de religion ou de convictions, de handicap, d’âge ou d’orientation sexuelle en matière d’emploi et de travail, qui a consacré la notion d’aménagement raisonnable en droit européen.

Le 2 juillet 2008, une nouvelle proposition de directive a été adoptée par la Commission européenne. Celle-ci vise la mise en œuvre du principe de l’égalité de traitement entre les personnes sans distinction de religion ou de convictions, de handicap, d’âge ou d’orientation sexuelle dans l’ensemble des biens et services. Cette proposition doit encore être adoptée par le Conseil des Etats membres de l’Union européenne avant de pouvoir entrer en application dans chacun des pays concernés.

L’Organisation des Nations Unies a adopté, le 13 décembre 2006, la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées. En son article 2, la Convention définit les aménagements raisonnables. La Belgique a ratifié la Convention, qui est entrée en vigueur le 1er août 2009.

Au niveau fédéral

En Belgique, la loi anti-discrimination du 10 mai 2007 interdit les discriminations fondées, notamment, sur le handicap dans les domaines du logement, de l’accès aux biens et services et de la fourniture de biens et services proposés au public. Elle couvre également l’accès, la participation et tout autre exercice d’une activité économique, sociale, culturelle ou politique accessible au public. En son article 4 12°, la loi du 10 mai 2007 considère que le refus de mettre en place des aménagements raisonnables pour les personnes handicapées constitue une discrimination.

Au niveau régional et communautaire

Les Régions et Communautés ont également adopté des dispositions légales découlant de la directive européenne 2000/78/CE.

En Flandre, c’est le décret du 10 juillet 2008 portant le cadre de la politique de l’égalité des chances et de traitement, qui définit les adaptations raisonnables pour les personnes porteuses d’un handicap.

En Région wallonne, le concept d’aménagement raisonnable figure dans le décret du 6 novembre 2008 relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination, modifié par le décret du 19 mars 2009 en ce qui concerne le champ d’application des biens et services.

La Communauté française a suivi au travers du décret du 12 décembre 2008 relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination.

Seule la Région de Bruxelles-Capitale n’a pas encore pris d’initiative similaire à ce jour, excepté dans le secteur du logement : il s’agit de l’ordonnance du 19 mars 2009 modifiant celle du 17 juillet 2003 portant le Code bruxellois du logement. Cette ordonnance a pour objectif de créer, dans l’accès au logement, un cadre général visant à lutter contre la discrimination fondée notamment sur le handicap ou l’état de santé.

Le Protocole relatif au concept d’aménagements raisonnables
En raison de la complexité du modèle institutionnel belge, il était indispensable d’adopter une définition commune de la notion d’aménagement raisonnable. Lors de la Conférence interministérielle du 11 octobre 2006, l’Etat fédéral, les Régions et les Communautés ont approuvé un Protocole relatif au concept d’aménagements raisonnables, publié au Moniteur le 20 septembre 2007.